La Lumière
Inscrivez-vous à notre newsletter
VOIR 04 222 35 35

Centre de Réadaptation Fonctionnelle

Uniquement sur RENDEZ-VOUS  (04/222.35.35).

L'ophtalmologue

Avant tout processus de rééducation, une consultation chez un médecin ophtalmologue spécialiste en réadaptation fonctionnelle est indispensable.

Les buts de cette consultation sont :

  • établir ou confirmer le diagnostic de la maladie oculaire,
  • mesurer les fonctions visuelles restantes,
  • déterminer les objectifs de la réadaptation,
  • expliquer au patient et à son entourage les symptômes et le pronostic de la maladie oculaire,
  • rechercher les maladies associées pouvant influencer la réadaptation : surdité, tremblement, dépression, etc

L'assistante sociale

Une assistante sociale spécialisée fait partie de l’équipe pluridisciplinaire du Centre de Rééducation Fonctionnelle et du Service Basses-Visions.

Un premier entretien lui permettra de voir, en collaboration avec le reste de l’équipe, quels sont vos demandes et vos besoins, et quel est le travail de rééducation à effectuer.

Si vous entrez dans les conditions de prise en charge par l’INAMI, un dossier sera créé et envoyé à votre mutuelle, après que l’assistante sociale vous ait entièrement informé des conditions et de la procédure.

Cette rencontre permet également de prendre connaissance de votre situation tant au niveau social, que financière ou autre.

A ce moment, notre assistante sociale a un rôle d’information, de soutien, d’accompagnement. 

Il s’agit concrètement :

  • d’écoute et de soutien moral,
  • d’informations et de conseils en matière de droits sociaux,
  • d’aide dans les démarches administratives,
  • de l’accompagnement auprès de différents organismes,
  • de visites à domicile,
  • d’autres aides, si vous le demandez (ex. : gestion budgétaire, …)
  • du travail en partenariat avec d’autres acteurs sociaux et, notamment, avec notre service social qui affiliera toute personne répondant aux conditions qui le souhaite.

La psychologue

Vivre avec une malvoyance ou une cécité nécessite une adaptation dans toutes les situations de la vie quotidienne.  L'autonomie est atteinte.  Les relations avec l'entourage, ainsi que la vie sociale, sont modifiées.  L'image de soi est également touchée.

Chacun va réagir à la malvoyance ou à la cécité de manière différente, en fonction de son histoire, de sa personnalité et également du type et du mode d'apparition du handicap visuel.

Se tourner vers des proches, des amis ou la famille, qui peuvent écouter et soutenir, est très précieux pour surmonter des difficultés.  Mais parfois, certaines situations sont plus complexes que d'autres et peuvent provoquer un mal-être ou des souffrances que la psychologue peut aider à dépasser.  Elle va permettre à la personne de trouver les ressources pour faire face et cheminer vers une meilleure qualité de vie.

La psychologue peut accompagner tant la personne adulte en situation de handicap visuel et son entourage, que l'enfant ou l'adolescent et ses parents.

Un groupe de parole est organisé une semaine sur deux (cycle de huit séances d'une heure et demie).  Il s'agit d'un groupe de partage d'expériences et de soutien.

L’ergothérapeute

L'ergothérapie aborde plusieurs domaines dans la rééducation :

  • Les activités de la vie quotidienne : la préparation et la prise de repas, l’entretien du ménage, des vêtements, la reconnaissance de la monnaie et des billets, l’utilisation du téléphone, d’un GSM, la lecture de l’heure, la couture élémentaire, la pratique de loisirs…
  • L’écriture manuscrite : activité importante souvent délaissée par la personne déficiente visuelle.  Elle peut être retrouvée à l’aide d’un guide main et d’un entraînement méthodique.
  • L’hypersensibilité à la lumière : elle pourra être atténuée par le port de filtres colorés.  Il conviendra de tester la teinte qui apportera le meilleur confort à la personne.  Cette teinte est totalement individuelle.
  • L’éclairage : en testant les différents types d’éclairages possibles, et en analysant la situation personnelle de la personne déficiente visuelle, des conseils dans l’aménagement du lieu de vie peuvent être donnés pour apporter un confort optimal.
  • Les aptitudes manuelles : pour agir avec plus d’efficacité et d’aisance.  Par le biais d’activités artisanales et artistiques, on visera le développement du toucher, de nouvelles stratégies, la précision des gestes, l’organisation, la confiance en soi.
  • Le relationnel et le social : par quelques activités de groupe.
  • Les aides techniques : recherche d’aides techniques qui pourront améliorer l’autonomie de la personne : montres brailles, grands caractères, vocales, gsm adaptés, téléphone à grands caractères, enfileurs, etc.

 

La psychomotricienne

Lors des séances de psychomotricité, l’enfant déficient visuel apprend à connaître son corps et à l’utiliser.
Il part à la découverte des autres, des objets, de son environnement tout en construisant son intelligence (adaptation du matériel et de l’environnement afin de le stimuler).

L’enfant apprend à explorer, à comprendre l’espace, à s’orienter.  En développant et en utilisant les autres sens que la vue (toucher, ouïe, odorat, goût, kinesthésie…), il complète sa connaissance du monde.

Un soutien et des informations sont également apportés aux parents et aux adultes s’occupant du jeune déficient visuel pour les aider à mieux comprendre le handicap de l’enfant et d’éventuels troubles associés et à pouvoir s'y adapter.

La psychomotricienne réalise également des bilans afin d'évaluer le niveau de développement psychomoteur de l'enfant déficient visuel à un moment donné de son histoire.

La ludothèque spécialisée

Prêt de (500) jeux adaptés pour enfants et adultes déficients visuels.
Uniquement sur rendez-vous (04.222.35.35).

La monitrice braille

Les cours de braille s'adressent à des personnes ayant perdu la vue ou dont la vision évolue vers la cécité ou est trop fatigable.  Le braille est un complémentaire au "visuel" et aux nouvelles technologies.

Les séances sont individuelles.

L'objectif du cours est de retrouver une autonomie dans les activités quotidiennes.

L'apprentissage est axé sur l'utilisation pratique du braille dans le quotidien :

  • repères dymos (étiquetage des pots à épices, produits d'hygiène et d'entretien, médicaments, CD...),
  • agenda, répertoire téléphonique, d'adresses,
  • classement de documents (administratifs, recettes de cuisine),
  • écriture (dymo, textes...),
  • jeux (de société, mots croisés...),
  • lecture (articles, romans, cours scolaires...).

Le braille est nécessaire pour l'autonomie de la personne non-voyante, pour son intégration (familiale, scolaire et sociale) et pour la communication (accès à l'informations écrite.

  

 

La monitrice en initiation à l’informatique

Grâce à un matériel adapté : barrette braille, synthèse vocale, logiciel d’agrandissement, logiciel de reconnaissance de caractères…, notre monitrice en initiation à l’informatique enseigne l’utilisation de base de l’outil informatique :

  • la gestion du système d’exploitation windows
  • le traitement de textes
  • l’internet (MSN, mails, recherches)
  • scanner, …

La monitrice en orientation et mobilité

En quelques mots… 

La monitrice en orientation et mobilité va apporter ce qui suit :

  • les techniques d’orientation : structuration spatiale représentation mentale (travail avec maquettes), observation multi-sensorielle de l'environnement et prise de repères;
  • le développement de la vision fonctionnelle résiduelle pour une utilisation optimale dans les déplacements ;
  • un training sensoriel ;
  • les techniques de guide, de protection, de canne ;
  • les analyses de carrefours et les techniques de traversées;
  • les méthodes et stratégies pour des déplacements en confort et en sécurité dans des endroits connus ou inconnus ;

La locomotion est un ensemble de moyens, de techniques permettant à la personne déficiente visuelle de se déplacer de façon autonome avec un maximum de sécurité, à l'intérieur ou à l'extérieur, dans un lieu connu ou inconnu.

L'acquisition de l'autonomie doit permettre une insertion dans la vie quotidienne, familiale, sociale, scolaire et professionnelle.  L'ensemble de ces moyens, de ces techniques, est adapté à chaque individu, en fonction de sa pathologie, de son âge et de ses besoins.

Néanmoins, la locomotion n'est pas qu'un simple apprentissage de techniques, c'est tout une pédagogie qui permet de fournir à la personne déficiente visuelle des outils pour qu'elle puisse maîtriser les nombreux dangers de la rue !