La Lumière
Inscrivez-vous à notre newsletter
VOIR 04 222 35 35

Bulletin trimestriel n°126 - Juin 2017

Editorial

En 1919, Nelly Durieux et Madeleine Henrard ont développé très concrètement des valeurs de solidarité et de respect. Elles ont mis leurs compétences et leur engagement au service de l'intérêt général.

Le personnel (119 travailleurs aujourd'hui) et les bénévoles (près de 300 personnes) de « La Lumière » poursuivent leur œuvre en déployant les mêmes qualités, celles qui sont nécessaires à la construction d'un avenir meilleur et plus juste.

Dans 2 ans, notre association fêtera son centenaire. Quelle fierté pour nous tous ! Et que de bienfaits réalisés au profit des personnes qui souffrent d'une déficience visuelle !

Nous fêterons assurément cet anniversaire ensemble, en formulant mille et mille vœux d'une parfaite continuation des missions historiquement créées par deux jeunes femmes tout aussi généreuses que visionnaires.

Nous vous donnons déjà rendez-vous en 2019 !

DECES

Nous avons le regret de vous informer que Jean-Charles Detiège est décédé le 14 mai dernier à l'âge de 35 ans.

Affilié au Service Social depuis de longues années, Jean-Charles adorait participer à nos activités.

Comme le dit sa maman Léonie, également bénévole à la Lumière : « La Lumière était vraiment sa seconde famille ».

* * * * *

Nous regrettons également le décès de Madame Anne-Marie Theunissen, le 10 mai 2017 à Bruxelles.

La famille nous a remerciés pour tout le travail accompli à « La Lumière ».

« Maman aimait énormément se rendre en vos locaux, et les cours d’informatique lui ont permis de rester en contact avec le monde jusqu’au bout, malgré son handicap visuel. La bibliothèque lui donnait également l’opportunité de s’évader et de voyager. Merci ! » (Sa fille, Nancy van de Winckel)

TEMOIGNAGES

Albert Vandeghen est bénévole à « La Lumière » depuis maintenant 14 ans.

Nous lui avons donné la parole :

« J’étais enseignant et une de mes anciennes collègues connaissait l’association. Elle m’avait alors parlé des différentes possibilités de bénévolat. Cela m’a intéressé et je suis venu me présenter pour proposer mon aide. J’ai toujours aimé les livres et la lecture.

Donc, depuis 2003, je suis lecteur à la bibliothèque publique spéciale. Tous les lundis après-midi, je viens donc lire une vingtaine de pages. Au début, j’avais l’opportunité de choisir le livre que j’allais lire. Mais depuis un petit temps, je sélectionne le livre en fonction des demandes des affiliés. Il y en a toujours.

Lorsque l’on veut devenir lecteur, l’équipe de la bibliothèque nous fait d’abord passer un test. Je trouve cela normal, car il est difficile parfois d’être certain d’en faire suffisamment pour éviter la monotonie, et en même temps, ne pas en faire de trop. Cela demande également un travail préalable. Je lis le livre avant, en tout cas les 20 à 25 pages que j’aurai à lire durant l’enregistrement. Maintenant, depuis la venue des dvd, la gestion est différente. C’est une avancée considérable, on gère la lecture de manière autonome. De plus, en tant que lecteur, cela ne donne pas beaucoup d’occasion d’être au contact des affiliés. C’est pourquoi, de manière occasionnelle, j’accompagne des groupes lors de sorties, plutôt culturelles

Je pense que c’est une obligation morale de se mettre au service des autres. Cela permet de se recentrer sur les priorités du quotidien, de relativiser face à certaines situations. Il est utile de se rendre compte qu’il y a plus grave. C’est également une gratification personnelle, la satisfaction de se sentir utile. Il faut par contre faire attention de ne pas se servir du bénévolat comme une thérapie personnelle. Ayant été enseignant durant une trentaine d’années, je compare souvent le bénévolat à l’enseignement : il faut être là pour autre chose. »

A travers ce témoignage, nous tenions encore une fois à remercier toutes les personnes bénévoles qui gravitent autour de notre institution. Un grand merci à vous tous !

INFORMATIONS GENERALES

Nous récoltons (toujours) vos bouchons en plastique !

Dans quel but ?

Ils sont vendus en vue d'être recyclés. Et les produits financiers que nous retirons de ces ventes viennent gonfler nos dons !

C'est une façon pour vous de soutenir notre Œuvre.

Et nous vous en remercions chaleureusement !

Les sacs de bouchons peuvent être déposés dans chacune de nos implantations : rue Sainte-Véronique 17 ou Boulevard Hillier 1.

La plateforme surdicécité

Depuis 2012, « La Lumière », comme d'autres associations, est interpellée par la situation des personnes sourdaveugles.

C'est à notre initiative qu’une Plateforme a alors vu le jour. Notre préoccupation est donc la surdicécité.

Une personne est atteinte de surdicécité si elle présente un déficit à la fois visuel et auditif. Ces deux déficits sensoriels la mettent dans une situation qui n’est ni celle d’une personne uniquement malvoyante, ni celle d’une personne uniquement malentendante.

La combinaison des deux implique des besoins et des moyens de communication adaptés. La surdicécité nécessite une prise en charge globale et multidisciplinaire de la personne. Nous sommes en présence de deux déficiences qui forment un seul handicap et non la somme de deux handicaps.

En Wallonie, il existe des services pour personnes déficientes visuelles et d'autres pour personnes déficientes auditives, mais aucun pour les personnes en situation de surdicécité, contrairement à la Flandre.

Face à ce constat, une plateforme surdicécité s'est constituée d'associations et de professionnels du handicap sensoriel en Belgique francophone ainsi que de témoins sourdaveugles.

A ce jour, les personnes sourdaveugles et les professionnels attendent une reconnaissance officielle de la surdicécité comme handicap unique.

Notre objectif est de trouver les moyens pour :

- Reconnaître la surdicécité comme handicap unique ;

- Sensibiliser et informer les personnes sourdaveugles, les familles, les professionnels et le grand public ;

- Financer les formations des professionnels aux techniques d'éducation et de rééducation spécifiques ;

- Permettre l'accès à l'information et à la communication par des interprètes spécialisés.

Depuis la création de la Plateforme, une quarantaine de personnes sourdaveugles sont accompagnées par nos services à savoir le Service d'Accompagnement et Social, le Centre de Réadaptation Fonctionnelle et la Bibliothèque Publique Spéciale de « La Lumière ».

Pour plus d’informations sur cette Plateforme, n’hésitez pas à visiter la page Facebook « Plateforme Surdicécité Belgique Francophone ». 

L'audiodescription comme outil d'émancipation

La Convention relative aux droits des personnes handicapées adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU en 2006, signée et ratifiée par la Belgique, consacre en article 21, le droit des personnes handicapées à avoir accès à l’information et en son article 30, le droit à la participation à la vie culturelle et récréative, aux loisirs et aux sports. Rendre accessible du contenu (audio)visuel dans une perspective inclusive et d’accessibilité universelle, c’est considérer la personne handicapée comme un citoyen à part entière. L’audiodescription apparaît comme un élément permettant l’autonomie et l’émancipation des personnes en situation de handicap visuel, et un bénéfice pour un public plus large et s’applique à de nombreux domaines.

« La Lumière », représentée par Muriel Forgeur, Paola Longato et Anne Dautrebande, fait partie de la plateforme « Accessibilité à l’audiovisuel » créée en 2016 et réunissant différentes asbl ainsi que des sociétés d’audiodescription.

Celle-ci a proposé une sensibilisation à l’audiodescription (extrait de film, théâtre, peinture, balade pédestre) aux Députés du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui se sont réunis le 29 mars 2017.

A la veille de la négociation du nouveau contrat de gestion de la RTBF, la plateforme leur a également adressé une série de recommandations soulignant la nécessité de légiférer en vue de rendre l’audiodescription des œuvres culturelles plus systématique.

TEXTE PRESENTE PAR ANNE DAUTREBANDE AU PARLEMENT DE LA FEDERATION WALLONIE-BRUXELLES LE 29 MARS 2017

(…) Je suis aveugle depuis 25 ans. De nature curieuse, je suis très intéressée par une série d’activités culturelles, mais je suis très frustrée, car la plupart du temps, je ne peux y accéder de manière autonome, comme tout le monde.

Par exemple, à la télévision, pour la partie francophone de notre pays, le quota fixé à la RTBF est seulement de 2 programmes audiodécrits par an.

Heureusement, en 2016, cette chaîne a diffusé la série belge « La Trêve » en audiodescription.

Par contre, la VRT propose des programmes audiodécrits depuis plus de 10 ans et annonce que pas moins de 60 000 personnes y recourent déjà.

Depuis 2016, les séries flamandes du dimanche soir sont audiodécrites et dès 2020 toutes les séries flamandes le seront.

Je ne peux donc que rarement regarder des films en audiodescription et même en captant les chaînes françaises, je n’accède pas toujours aux audiodescriptions proposées. C’est vraiment frustrant, car je sais qu’en France, sur les chaînes publiques, plus de 1100 programmes audiodécrits sont proposés chaque année.

Et savez-vous qu’au Canada, il existe même une chaîne intégralement accessible ?!

Au cinéma, en France, en 2015, 148 films ont été proposés en audiodescription dès leur sortie en salle. De plus, des dizaines de salles et tout le réseau UGC sont équipés afin de diffuser des films en audiodescription.

Ici, en Belgique, aucun cinéma n’est actuellement équipé. Et pourtant, moi aussi, j’ai envie d’aller au cinéma.

Quant aux DVD, en Belgique, seuls quelques DVD belges sont produits avec de l’audiodescription.

De plus, les DVD étrangers produits avec une piste en audiodescription et vendus en Belgique ne sont même pas répertoriés dans une base de données qui me permettrait de les trouver facilement.

Non seulement l’audiodescription manque au niveau de l’audiovisuel, mais aussi en ce qui concerne d’autres domaines comme les musées, par exemple. (…)

En conclusion, (…) l’audiodescription est un outil d’émancipation et d’inclusion dans notre société. C’est pourquoi je vous demande de légiférer très rapidement afin de remédier à une situation ô combien regrettable en déterminant des cadres pour rendre l’audiodescription obligatoire.

Vous en aurez d’ailleurs l’occasion très prochainement lors de la renégociation du contrat de gestion de la RTBF. (…)

A vos baskets !

Cette année à l’occasion de la journée de la personne handicapée du 3/12, la plateforme des associations souhaitant fêter cet évènement annuel, vous invite à un jogging qui aura lieu dans le parc d’Avroy sur un circuit de 1km300 et s’organisera sous forme de relais durant 3 heures.

Pour ce faire, il faut s’entraîner ! C’est pourquoi nous vous donnons rendez-vous une fois par semaine jusqu’à la date du 3/12 afin de s’y préparer au rythme de chacun, pour courir seul ou accompagné.

Si vous êtes intéressé(e), n’hésitez pas à contacter Martine Colla au 04/222.35.35.

Centre de Réadaptation Fonctionnelle

Les lunettes vocales OrCam

Lors de notre exposition d’aides techniques et d’aides optiques qui s’est déroulée les 24 et 25 mars 2017, la société « Koba Vision » est venue présenter un nouvel outil révolutionnaire pour les personnes malvoyantes : les lunettes vocales.

« Les lunettes vocales OrCam utilisent une petite caméra, accrochée à vos lunettes, pour lire des textes à haute voix. Il suffit de pointer avec le doigt le texte que l’on souhaite lire, et la lecture commence. La lecture fonctionne dans les journaux, les livres, sur les étiquettes, les panneaux de rue, etc. Les lunettes OrCam sont également capables de reconnaître par apprentissage un visage ou un produit. L’OrCam est portable, discret, intelligent et facile à utiliser ! »

Il existe donc deux types de lunettes :

1. OrCam MyReader (machine à lire) : son prix est fixé à 3.150 €

2. OrCam MyEye (machine à lire, reconnaissance de visages et de produits) : son prix est fixé à 4.150 €

Pour votre information, ce nouveau produit n’est pas encore reconnu par l’AVIQ. Il n’existe donc actuellement aucun remboursement possible.

Si vous êtes intéressé(e) par ces lunettes, le Centre de Réadaptation Fonctionnelle de « La Lumière » offre la possibilité de les tester, uniquement sur rendez-vous. N’hésitez donc pas à contacter le CRF au 04 222 35 35. 

 

Votre vue baisse ? Lire la presse est difficile ?

Le QUO Non Ascendam peut vous aider !

Il s’agit d’une association fonctionnant depuis 60 ans, qui propose une sélection thématique d’articles de la presse écrite, d’horizons variés, disponibles sur un support CD au format mp3.

Différentes périodicités sont disponibles et des sujets divers sont abordés :

- L’hebdomadaire Info (politique, économie, finance) ;

- Le mensuel Arts ;

- Le mensuel Sciences (articles de vulgarisation scientifique) ;

- Le mensuel Vermeil (articles consacrés aux loisirs et à la santé) ;

- Le bimestriel Jardinage, Gastronomie et Œnologie ;

- Le bimestriel Questions de société ;

- Le bimestriel Histoire

Tous ces CD sont également à votre disposition à des prix très abordables. Si vous désirez plus de renseignements ou obtenir un CD de démonstration, vous pouvez visiter le site web www.lequo.be ou contacter l’association par téléphone (02 522 53 23) ou par mail (quononascendam@proximus.be)

Voxiweb, accès facile au contenu Internet

Naviguer sur Internet peut parfois s'avérer très compliqué.  Afin d'y accéder plus facilement et de manière autonome, Voxiweb recense en temps réel plus de trente-cinq sites, les nettoie de leur contenu inutile et les restitue sous forme d'arborescence claire et simple (structure hiérarchisée de dossiers et de fichiers).  Quel en est le contenu ?  Presse, musique, vidéo, podcasts, vie pratique, santé, loisirs, etc sont les thèmes que vous y retrouverez.

Il peut être utilisé sur un ordinateur sous deux versions : avec votre propre synthèse vocale (Jaws, NVDA,…) ou avec une synthèse vocale de qualité intégrée à Voxiweb.  Il est également possible de choisir la taille et les contrastes du texte.  De plus, il est compatible avec les afficheurs braille.

Voxiweb se décline également sous forme d'application pour Smartphone (IOS ou Android) et tablette. 

Ce système est en constante évolution.

Certains ordinateurs du club informatique de « La Lumière » seront prochainement équipés de ce logiciel.  N'hésitez pas à venir le découvrir ou à prendre rendez-vous.

Embosseuse à donner

Nous avons reçu de l’un de nos affiliés une embosseuse dont il n’a plus l’usage.

Elle est en parfait état.

Il s’agit de l’Index Basic-D : elle embosse sur du papier listing.

La personne désireuse de bénéficier gratuitement de cette embosseuse peut s’adresser à Anne Dautrebande ou à Chantal Ferrière.

Dans le Noir by Laurence Dubois : Vivez une expérience humaine et sensorielle unique

« Praticienne déficiente visuelle, j’aimerais vous faire découvrir l’ensemble de mes massages dans l’obscurité. Parce qu’il est parfois difficile de se dévoiler, nous laissons tomber les barrières du regard pour faire place au lâcher prise. Ce sont alors mes deux mains qui vous mèneront vers un état de relaxation profonde dans une ambiance tamisée ou dans le noir. »

Massages :

- Intuition et harmonie (60 min) 60 €

- Détente de la nuque et du dos (30 min) 30 €

- Relaxation visage (15 min) 15 €

- Douceurs des mains (20 min) 20 €

- Douceurs des pieds (15 min) 15 €

- Shiatsu assis (20 min) 20 €

- Réflexologie plantaire (45 min) 45 €

Sur rendez-vous : jeudi et vendredi 10h - 16h, samedi 9h - 12h

Où ? Espace Bien-être Ghislain Leger, rue des Clarisses 64 - 4000 LIEGE

Tél. : 04 221 42 00 

NOS ACTIVITES PASSEES

Balade Gourmande à Namur

Jeudi 30 mars

« Ce jeudi 30 mars, nous avons profité d'une balade gourmande dans les rues de Namur... sous un soleil éclatant !

Deux guides de l'office du tourisme nous ont raconté comment la capitale wallonne est née et a vécu jusqu'ici. Ils nous ont montré ce qu'elle nous offre aujourd'hui. Parmi les produits régionaux : dégustation de bières et de grillons grillés nature ou aromatisés. Une découverte pour tous les participants ! La tranche de pâté artisanal sur un morceau de pain d'épices et un excellent chorizo ont eu plus de succès ! A midi, un excellent menu et copieux nous attendait au Perron de l’Ilon (entreprise de formation par le travail) ! Avant de reprendre le train, nous avons fait un dernier passage par les petites rues du vieux Namur, et une brève visite de la magnifique église Saint-Loup.

Toute la journée se déroula dans une chaleureuse ambiance ! Merci encore aux bénévoles qui nous ont accompagnés...à la vitesse des lumçons namurwès ! »

Défil’éco des 4 et 5 mai 2017

Ces 4 et 5 mai a eu lieu la troisième édition du spectacle-défilé « Défil’éco » à la Caserne Fonck. Ce très ambitieux projet mené d’une main de maître par l’ASBL « Assistance à l’enfance » et le styliste liégeois Giovanni Biasiolo, a remporté un vif succès. Il a réuni plusieurs associations liégeoises qui ont travaillé depuis presque un an à la création et à la réalisation de tenues autour du thème « Voyage entre les mondes ».

Pour cette édition, « La Lumière » a collaboré avec l’école des « Femmes Prévoyantes Socialistes ».

Voici un témoignage de cette expérience :

« UN PROJET DEFI FEMMES PRE-VOYANTES ET FEMMES NON-VOYANTES. Avec des compétences, des idées et des visions très différentes nous avons, après de multiples hésitations, voté pour le pays qui allait représenter notre association pour le DEFIL’ECO 2017, en l’occurrence LA SUEDE.

Au fil des semaines, nous nous sommes documentées, nous avons échangé, inventé, créé et recommencé, bref, ABBAtu (abattu) un travail considérable (une vraie ruche) ! Plus tard, on s’est adjoint l’élément masculin qui nous manquait pour les détails techniques.

Le choix du pays froid et du nord n’a influencé en rien l’ambiance de notre groupe qui, elle, était plutôt sud, pleine de chaleur et d’amitié au fur et à mesure de l’avancement du projet. Ce fut une expérience très enrichissante. » (Monique Vanhaesebrouck)

Autres Participant(e)s :

« La Lumière » : Carine Buttiens, Ema Hernandez, Marie-Madeleine Joskin, Nathalie Renaudin et Leila Jebli

« FPS » : Sylvie Bommé, Audrey Delaite, Nathalie Delrue, Maud Flawinne, Laurent Menten, Fahima Naifer et Pilule

 

A VOS FOURNEAUX

Recette de tourte au bœuf

Temps de préparation : 30 minutes

Temps de cuisson : 50 minutes

Pour 6 personnes

Ingrédients :

800 g de viande à fondue

2 rouleaux de pâte feuilletée

3 branches de persil

250 g d’oignons

3 gousses d’ail

2 c. à soupe d’huile

1 jaune d’œuf

2 c. à soupe de lait

Sel et poivre du moulin

Préparation :

Lavez, séchez, effeuillez et ciselez le persil. Pelez et émincez finement les oignons. Pelez, dégermez et hachez les gousses d’ail. Hachez la viande au hachoir ou au couteau.

Faites chauffer l’huile dans une sauteuse. Faites-y revenir les oignons puis ajoutez l’ail et la viande. Salez, poivrez, mélangez et faites cuire à feu doux pendant 5 minutes.

Préchauffez le four à 200°C (thermostat 6/7). Tapissez la plaque du four de papier sulfurisé. Déroulez-y la première pâte feuilletée et piquez-la à la fourchette.

Récupérez 1 cm de pâte tout autour du disque de pâte pour le réduire et réservez ces lanières de pâte pour la décoration. Répartissez la viande sur le fond de tarte et recouvrez de la deuxième pâte feuilletée. Pincez bord à bord les 2 pâtes feuilletées avec les doigts et roulez ensemble les bords pour les rendre jointives.

Avec un petit tube de carton ou un macaroni, faites un petit trou dans la pâte afin de permettre à la vapeur de s’échapper à la cuisson. Placez les lanières réservées précédemment sur la tourte pour en décorer le dessus en croisillons. Battez le jaune d’œuf avec le lait et badigeonnez-en la tourte. Enfournez et faites cuire 45 minutes.

Servez dès la sortie du four. 

VÎ DJEÛ

Muzique di nos campagnes

Avez-ve dèdja oyou, l’ètièstante muziquee di nos campagnes ?

Nêni ?...jamay ?...adon, arèstez-ve èt, hoûtez !...

Hoûtez ! li cok d’awous’, apîceté so l’pus hôte dès fènèsses.

Mêsse dèl djowe, ègoncé è s’vète frake, i tape à l’nateûre, li note d’acwérd.

Hoûtez ! li frou-frou sôyleûs dès grandès babes dès wèdjes, là qui l’vint lès baltêyes èn’ eune andoûleûse valse.

Hoûtez ! li fruzihant clabotèdje dès p’titès hiyètes dès vètès-avonnes.

Hoûtez ! li groubieus frôyemint dès rossês tchamps d’blé, mayetés dès rodjès tètches dès frahûlès fleûrs di tonîre, mariyêes avou lès tinrûles bleûs barons, qu’avizèt-èsse lès notes tapêyes so l’papî d’muzique, dè pus grand dès mèstrés.

Sins fé nole fwèce, lèyîz-ve èminer è sot cramignon dès-oûhês ; vos sèrez-st-èbouh’té dè boukèt d’leûs tchants :

fabites, tchèrdins, mazindjes, sîzèts, ligneroûs, mavis, alouwètes èt turturèles,

Vis f’ront-st-ètinde li pus bê dès-opèras, qui n’finh’rè qu’al vèsprêye, so lès bazès notes dè cou-cou, èt l’glaw’zinèdje, sins parèy, dè djinti raskignoû.

Èt si télefèye, vos-èstez ‘ne miyète deûr d’orèye, adon, fez vosse pôrminade tot t’nant è vosse min, li cisse dèl mon-coeûr qui rimplih vosse vèye di tinrûlisté. Vos m’polez creûre, vos deûs coûrs si mètront-st-a bate li mèzeûre di l’ètièstante muzique di nos campagnes…

Lèyon Bukèns’